Argyrocytisus battandieri (Maire) Raynaud - Papilionaceae


Originaire du mont Atlas au Maroc, le genêt ananas doit son nom d'espèce au botaniste français, J. A. Battandier (1848-1922). Anciennement classé dans le genre Cytisus, il est désormais dans le genre monotypique Argyrocytisus. Malgré sa popularité grandissante, il n'est pas courant de le rencontrer dans nos parcs et jardins, notamment à cause de sa rusticité moyenne,  -10 à -12°C.

Le principal attrait de cet arbuste, c'est sa floraison, qui nous fait le grand plaisir d'être parfumée. Elle intervient en mai ou juin (dès la mi-mai à Nantes).  Les rameaux sont programmés l'année précédente pour fleurir sur les extrémités de pousses courtes. Ses petites fleurs jaunes sont réunies en grappes érigées de 10 à 15 cm de long et dégagent un lourd parfum de fruits exotiques.

Argyrocytisus_battandieri_3_2625x3500.jpg    Argyrocytisus_battandieri_4_2625x3500.jpg    Argyrocytisus_battandieri_9.jpg

Bourgeons floraux sur le point d'éclore.                                                                                                                   Détail des inflorescences sur pousses courtes.

 

Il se reconnait aisément par ses feuilles à trois folioles dont le revers est recouvert d'un épais duvet argenté. Pétioles, bourgeons et jeunes  pousses sont également fortement tomenteux. Cette pilosité lui permet de résister au vent ainsi qu' à de longues périodes de sécheresse. Il est d'ailleurs primordial de le planter en plein soleil, dans un sol bien drainé. Une exposition ombragée et/ou un sol frais à humide limiteront sa floraison ainsi que sa durée de vie.

Argyrocytisus_battandieri_1_2625x3500.jpg    Argyrocytisus_battandieri_4.jpg    Argyrocytisus_battandieri_2_2625x3500.jpg

                                                                                                      Pousse de l'année.                                                          Bourgeons floraux.

 

Le Genêt du Maroc atteint 2,50 m de hauteur pour 3 à 4 m de largeur, à condition bien sûr qu'il ne soit pas taillé. Il est possible de le conduire en tige mais son port naturel tend à être très étalé avec plusieurs troncs partant de la base. Il est envisageable de le recéper, de préférence en fin d' hiver, si son port devient trop désordonné. Cette intervention s'effectue sur des sujets relativement jeunes, car des sujets trop âgés, peuvent perdre leur capacité à repartir de la souche. Attention, certaines pépinières pratiquent la greffe de genêt du Maroc sur Laburnum anagyroides. Si c'est le cas, un recepage n'est pas conseillé, car il risque de "réveiller" le porte greffe. Une taille de diminution/éclaircie et/ou une mise en valeur de la structure seront alors plus adaptées.

Argyrocytisus_battandieri_2.jpg    Argyrocytisus_battandieri.jpg

Spécimen conduit sur tige à l'arboretum de la petite Loiterie.                            Spécimen en port libre au jardin des plantes de Nantes. Son exposition

                                                                                                                                         semi-ombragée le rend peu florifère.

 

Il existe un beau sujet d'Argyrocytisus battandieri au jardin des Plantes de Paris, plus précisément au niveau du jardin alpin, situé au cœur du parc. Malheureusement, Il est rare de croiser des sujets remarquables car la durée de vie de cet arbuste est relativement limitée, entre 10 et 15 ans maximum. Un recépage régulier peut potentiellement allonger sa durée de vie.

Le Genêt du Maroc est largement disponible en pépinière, même grand public.

 

Toutes les photos sont propriétées des Arbusticulteurs©

 

Télécharger la fiche : Fiche Argyrocytisus battandieri [PDF]

Télécharger les photos : Photos Argyrocytisus battandieri [ZIP]